Historique

Le Conseil Cris-Québec sur la foresterie (CCQF) a été créé lors de la mise en œuvre de l’Entente concernant une nouvelle relation entre le gouvernement du Québec et les Cris du Québec (Paix des braves). Cette entente historique, signée le 7 février 2002, marque une nouvelle ère dans les relations entre le Québec et les Cris. Elle concrétise une volonté commune de gérer de manière harmonieuse des ressources naturelles du nord du Québec dans le respect du mode de vie des Cris et pour le développement des communautés cries sur le territoire.

Le Conseil a été créé, le 15 septembre 2003, dans le cadre de la mise en œuvre de la Paix des braves et de son chapitre 3 portant sur le régime forestier adapté. Les parties, qui ont négocié l’Entente, ont convenu de sa création pour favoriser une consultation étroite des Cris lors des différentes étapes de planification et de gestion des activités forestières, afin de mettre en œuvre le régime forestier adapté.

Mission

Selon les responsabilités qui lui sont confiées, le Conseil fait le suivi, le bilan et l’évaluation de la mise en œuvre du volet foresterie de l’Entente. Il réalise cette mission dans une perspective de développement durable, d’une meilleure prise en compte du mode de vie traditionnel des Cris et d’une participation des Cris dans les processus de planification et de gestion des activités forestières.

Le Conseil fait les recommandations aux parties afin d’assurer le respect des mesures et de l’esprit de l’Entente et l’évolution du régime forestier adapté.

Il s’implique dans les processus de planification des activités d’aménagement forestier sur  le territoire de l’Entente et participe aux diverses étapes de gestion de ces activités et à leur révision. Il adresse ses avis au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs portant sur les planifications forestières. Il a la responsabilité de faire connaître au ministre ses propositions, ses préoccupations et ses commentaires en lien avec les lois, règlements, politiques, programmes, guides de gestion et guides pratiques d’intervention sur le terrain liés à la foresterie, de même que les lignes directrices, directives ou instructions reliées à la préparation de tous les plans d’aménagement forestier.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs doit considérer les commentaires et avis du Conseil et l’informer de sa position ou, le cas échéant, des principaux motifs de sa décision.

En ce qui concerne les groupes de travail conjoints présents dans chacune des communautés touchées par le régime forestier adapté, le Conseil effectue le suivi de leurs processus de mise en oeuvre à l’égard de l’élaboration, des consultations et du suivi de tous les plans d’aménagement forestier applicables dans le territoire.