L’Entente

En 2002, le gouvernement québécois et les Cris du Québec conviennent d’instaurer entre eux de nouvelles relations basées sur leur volonté commune de poursuivre le développement du nord du Québec et de favoriser l’épanouissement de la nation crie. Ils signent le 7 février 2002 l’Entente concernant une nouvelle relation entre le gouvernement et les Cris du Québec (ENRQC), communément appelée la Paix des braves, pour une période de 50 ans.

Cette entente découle des engagements de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois qui sont en lien avec le développement économique et communautaire des Cris. Les parties signataires s’engagent à travailler ensemble à développer des moyens pour mettre en valeur les ressources minières, forestières et hydroélectriques.

L’Entente contient un chapitre complet, le chapitre 3, consacré à la foresterie : c’est le chapitre du régime forestier adapté sur le territoire conventionné de la Baie-James.

Communiqué : Entente historique entre le Québec et les Cris

Le chapitre 3 de l’Entente

L’Entente concernant une nouvelle relation entre le gouvernement du Québec et les Cris du Québec contient un chapitre sur la foresterie (chapitre 3). Les dispositions de ce chapitre mettent en place un régime forestier adapté (RFA). Ce régime fixe des règles et des procédures applicables sur le territoire de l’Entente. Il vise à mieux prendre en compte le mode de vie traditionnel des Cris et à intégrer les enjeux d’un développement durable. Il permet aux Cris de participer aux processus de planification et de gestion des activités de l’aménagement forestier.

Vous retrouverez plus d’information dans la section Le régime forestier adapté.